Internet et le monde qui vient.

Au début de Condition de l’homme moderne, Arendt propose de distinguer la nature humaine, cette essence que partageraient tous les humains, de la condition humaine qui dépend des circonstances et de l’environnement dans lesquelles ils vivent, du monde qui les entoure et les contraint. Selon elle, si l’existence d’une nature humaine est hypothétique, on ne peut nier que l’existence humaine soit conditionnée par son environnement. Dans un passage fascinant, pour illustrer la distinction qu’elle vient de faire, elle imagine une transformation radicale de notre condition : « Le changement le plus radical que nous puissions imaginer pour la condition humaine serait l’émigration dans une autre planète. Un tel événement, qui n’est plus tout à fait impossible, signifierait que l’homme aurait à vivre dans des conditions fabriquées, radicalement différentes de celles que lui offre la Terre. […] Et pourtant ces hypothétiques voyageurs échappés à la Terre seraient encore humains ; mais tout ce que nous pourrions dire quant à leur “nature”, c’est qu’il s’agirait encore d’êtres conditionnés, bien que leur condition fût alors, dans une mesure considérable, faite par eux-mêmes. »

Nous n’avons pas encore émigré vers une autre planète, mais déjà nous vivons dans un monde radicalement différent de celui qu’évoque Arendt, notre condition n’est plus tout à fait celle des humains qui vivaient il y a encore 70 ans. L’environnement matériel que nous offre la Terre, celui qui nous entoure et dans lequel nous évoluons quotidiennement n’est plus le seul au sein duquel nous agissons. À cet espace physique se superpose un espace numérique, qui chaque jour se fond un peu plus dans notre quotidien, au point que ce serait une erreur de vouloir les analyser séparément. Ce nouvel espace s’ouvre à nous au moyen d’une architecture technique particulière, celle de l’internet. Il affecte notre capacité à agir dans et sur le monde différemment de l’espace physique, ce qui n’est pas sans conséquence dans le domaine politique, et c’est pour cela qu’il est important de saisir les spécificités de l’internet. Pour penser le monde qui vient, il est nécessaire de penser l’internet parce qu’il modifie radicalement les conditions dans lesquelles nous évoluons, et donc notre manière d’agir.

This entry was posted in Philo and tagged , , , . Bookmark the permalink.